Mais qui est vraiment Emmanuel Macron? Comment peut il être en tête du premier tour de l’élection présidentielle, tous les sondages et des médias ?

Comment ce jeune énarque peut-il se retrouver en tête de tous les sondages et bénéficier d’une couverture médiatique bien supérieure à tous les autres candidats Alors que ces proportions n’ont rien de nouveau, son discours est totalement creux rempli d’anathèmes et de poncifs, que son passif est directement lié aux plus grandes banques, les plus néolibérales et destructrices. Que les plus grosses affaires qu’il ai faits en tant que trader sont de natures à vous dégoûter et prouve bien que cette personne n’a aucune empathie pour son prochain.

Comme droite et gauches ne veulent plus rien dire en termes politiques je le qualifierai de néolibéral mondialiste prêt à tout pour imposer cette doctrine de l’oligarchie pour l’oligarchie.

Vous pouvez trouver avec le lien ci-dessous toutes les sources qui ont servi à la réalisation de cette vidéo.Source :http://osonscauser.com/qui-est-vraiment-macron/
Nous voulons saluer le travail de l’équipe de osons Causer qui comme à chaque fois nous produit des petits bijoux. Vous pouvez les soutenir financièrement si vous le voulez.

Le vrai visage de Macron : crime de haute trahison contre la France et les français. en vendant l indépendance energetique de la france.

Emmanuel macro candidat de la finance ? Ozon causés

voici un document intéressant qui pourrait expliquer pourquoi Emmanuelle Macron se retrouve en tête des sondages comme par magie.

 Sciences et Avenir se met en quatre pour Emmanuel macro par Laurent Doré

Emmanuel Macron est-il « le candidat des médias [1] » ? On se bornera ici à montrer modestement qu’il est au moins le candidat privilégié par Sciences et Avenir, deuxième magazine de vulgarisation scientifique le plus diffusé [2]. Histoire d’un cas de « synergie » dans le domaine de la presse…

Le moins que l’on puisse dire c’est que Sciences et Avenir a mis les petits plats dans les grands pour rendre compte de « l’événement », à savoir un entretien de deux heures organisé par le magazine entre Emmanuel Macron et cinq scientifiques (Jean-Claude Ameisen, Claudine Hermann, Axel Khan, Hubert Reeves et Cédric Villani [3]).

Quatre pages dans l’édition de mars 2017, avec le nom du candidat en (très) grand sur la couverture, et sur le site du mensuel dédié à « l’actualité des sciences », six articles et… vingt-neuf vidéos [4] !

graphique temps d’antenne donnée par les médias privés à Emmanuel Macron

Total temps d'antenne des candidatsSource :https://mobile.twitter.com/alexiscorbiere/status/837993958957543425/photo/1?utm_source=fb&utm_medium=fb&utm_campaign=alexiscorbiere&utm_content=837993958957543425
 lors de son meeting dans les DOM-TOM les médias télévisés ont largement donné l’impression par leur reportage que ce déplacement avait été un succès.
 17546758_10155123733473610_8192279330236746257_o
De plus quand vous savez que la presse française et la propriété de multinationale, de milliardaire de l’oligarchie financière, la boucle est bouclée.

Cette infographie sur les médias français réalisée avec l’association Action-Critique-Médias (Acrimed) est une refonte de la carte du Parti de la presse et de l’argent (PPA) conçue pour Le Plan B en 2007 et mise à jour à l’occasion de la sortie du documentaire Les Nouveaux Chiens de garde en 2012.

Source : http://www.monde-diplomatique.fr/cartes/ppa

 je n’aurais jamais pensé dire ça un jour, dans cette élection présidentielle où nous votons comme d’habitude par défaut le ou la candidate la moins dangereuse pour la France est clairement Madame Marine Le Pen.
Sur le plan géopolitique et guerre stratégique de l’oligarchie mondiale pour augmenter leurs domination sur les ressources de la planète, elle est la moins dangereuse.
En ce qui concerne l’économie on a peut-être une chance avec elle de sortir un tout petit peu de ce néolibéralisme destructeur.
En ce qui concerne l’indépendance de la France avec elle on a une petite chance de moins se laisser faire par l’Europe.
En ce qui concerne la démocratie Emmanuel macro veut diriger sans passer par le Parlement et sans demander son avis au peuple (une belle dictature) alors que Madame Marine Le Pen propose le référendum qui est actuellement un des outils démocratiques les plus efficaces si on respecte les résultats de ce dit référendum.
Si toutes les personnes qui ont voté pour Monsieur Mélenchon votent de manière logique , ils doivent forcément voter pour Madame Marine Le Pen , son programme est beaucoup plus proche de celui de Monsieur Mélenchon. Monsieur Macron représente tout ce qui était combattu par Monsieur Mélenchon.
À vous de réfléchir. Ceci n’est que notre avis!

Le Garden, bar à jus et à salades, une patronne qui fait les choses bien ! Produits saisonniers, approvisionnement local…

Voilà une commerçante qui se bat tous les jours pour ne commercialiser que des produits de qualité, avec un approvisionnement en circuit court.

Contrairement à toutes ses multinationales de l’agroalimentaire et de la restauration rapide qui sont prêts à tout pour augmenter leurs bénéfices quittes à introduire des produits dangereux pour votre santé (pesticides, OGM etc.).  De plus, pour la plupart ils ne paient pas d’impôts, leurs bénéfices nourrissent exclusivement leurs actionnaires et de paradis fiscaux ce qui participe grandement à tuer nos économies réelles.

Nous vous invitons à soutenir ces commerçants qui ont une éthique, le goût du travail bien fait et qui respectent leurs clients en voulant le mieux pour. De plus à chaque fois que vous dépenserez un euro au Garden, cet argent sera bien dépensé; il restera dans la communauté et déclenchera un cercle vertueux qui finira par revenir vers vous en dynamisant l’économie réelle de votre région.

logo-le-garden

Vous pouvez vous informer des menus du jour sur leur site web ou sur leur page Facebook

garden-bar-a-jus

17 rue Gioffredo Nice 06000  Tel:06 23 75 45 48

Un petit “Like” sur leur page Facebook ne prend pas beaucoup de temps mais participe grandement à encourager leur travail et à les faire connaître.

dsc04139

Le mouvement est en marche, les commerçants nous rejoignent!

Votre consommation pour faire la différence !

Si, dès que vous le pouvez, vous essayez de consommer au maximum dans des petites entreprises ancrées dans l’économie réelle, nous pouvons très rapidement changer le paradigme économique pour un cercle vertueux qui profite à tous et non pas aux actionnaires de multinationales.

Rejoignez-nous dans le mouvement !  Commençons le changement ensemble, dans ce monde d’économie libérale au trading à haute fréquence, tout cela peut aller très vite.

Plus l’économie financière accélère, plus sa chute sera rapide, rejoignez-nous !

Fabricant de vitraux, réparateurs et vendeurs de vélo (fabriqués en France), snack restaurant, artisan électricien, nouveau concept de nettoyage de motos, tous ces artisans petits commerçants sont là pour vous, à chaque fois que vous consommez chez eux vous dynamisez l’économie réelle et vous créez un cercle vertueux qui vous enrichira vous-même à votre tour. Plus notre économie locale est dynamique plus vos salaires ont des chances d’augmenter.

 

Une loi visant à augmenter la puissance des multinationales (loi El Khomri)

noam chomsky fr

Voici un article qui montre bien que les lois ne sont pas votées au service de la majorité mais par la volonté d’une minorité pour une minorité. La loi El Khomri est une loi voulue par le syndicat représentant les multinationales, MEDEF (Mouvement des Entreprises de France) et risque d’être adoptée bientôt, grâce à un lobbying acharné pour les multinationales et exclusivement à leur service.

En fait cette loi ne fait qu’aggraver le problème.  Elle déserte les petites entreprises et l’artisanat au profit des sociétés de la bourse.  Les multinationales obtiennent par cette loi la casse des derniers acquis sociaux spécifiques français qui protégeaient encore les salariés contre le grand patronat.

Voici l’exemple d’un patron de PME qui est contre cette loi.

altereco

source:  alterecoplus.fr

La loi El Khomri est au mieux inutile, au pire néfaste pour une PME comme la mienne. Je dirige une PME de 80 salariés. Nous développons des logiciels sous licences libres et proposons des services aux collectivités locales pour mettre en œuvre ces logiciels. Mon entreprise existe depuis 1981 et a connu des périodes fastes et des périodes difficiles. Notre principal capital, ce sont nos collaborateurs qui ont acquis notre culture d’entreprise, qui maîtrisent nos technologies et connaissent les besoins de nos clients.

La loi El Khomri repose sur deux axes : faciliter les licenciements en cas de difficulté passagère et inverser la hiérarchie des normes (1). Une PME sous tension n’a pas besoin qu’on lui facilite les licenciements. Elle a besoin qu’on l’aide à garder ses équipes et à maintenir sa trésorerie à flot.

Conserver les talents

Le plus important, dans les périodes difficiles, est de conserver les talents et les compétences des collaborateurs dans l’entreprise et que les difficultés passagères de trésorerie n’impactent pas trop la motivation, pour nous permettre de rebondir au plus vite. Pour une PME, le recrutement est un processus long et très coûteux.  Notre turn over est faible, ce qui signifie qu’il n’y a pas un flux important de salariés qui sortent et qui entrent chaque année. De ce fait, l’intégration de chaque nouvelle personne se fait à la carte et c’est un processus assez long. Si durant une période de crise, nous sommes contraints de licencier, nous mettrons plusieurs années à rebondir, car le fait d’avoir dû se priver du personnel compétent est un facteur aggravant.

Des partis comme Nouvelle Donne (2) proposent des solutions qui me paraissent plus appropriées. Elles sont inspirées du Kurzarbeit allemand ou du Programme de travail partagé canadien. Ces mécanismes permettent à des entreprises en difficulté de réduire temporairement le temps de travail des équipes pour éviter les licenciements. Le temps non travaillé est pris en charge par l’assurance chômage, ce qui permet de maintenir le pouvoir d’achat des salariés. Dès que l’activité repart, l’entreprise peut remettre les équipes au temps de travail normal. Tout le monde y gagne, l’entreprise a gardé les compétences, les salariés ont conservé leurs revenus et leur travail et la collectivité n’a pas à gérer de nouveaux chômeurs.

L’inversion de la hiérarchie des normes me parait également dangereuse. Dans une période de fort chômage et de pression pour faire baisser les coûts de production dans tous les secteurs, elle va introduire une nouvelle forme de concurrence entre les entreprises. Celles ayant le meilleur rapport de force vis-à-vis de leurs salariés vont pratiquer un dumping social qui va leur donner un avantage compétitif durable vis-à-vis de leurs concurrents. Le « génie » de cette loi est donc d’importer dans les secteurs non encore exposés à la concurrence internationale l’avantage au moins disant social, dont ont déjà souffert les secteurs exposés à la concurrence des pays en développement ou d’Europe de l’Est. Je pense que ce sont les grandes entreprises, qui disposent de services juridiques conséquents, qui tireront le meilleur parti de ces dispositions, au détriment des PME.

Facilités de trésorerie et délais de paiement

Pour renforcer la solidité financière des PME, il faudrait tout d’abord que l’Urssaf accorde sans formalités des facilités de trésorerie en cas de nécessité. Il faudrait aussi contraindre les administrations et les grandes entreprises à honorer leurs créances vis-à-vis des PME. Les collectivités locales et l’Etat doivent en théorie verser automatiquement des intérêts moratoires en cas de retard de paiement.  En pratique, elles ne le font quasiment jamais. Quant aux retards de paiement des grandes entreprises vis-à-vis de PME, ils totalisent 16 milliards d’euros. Une loi travail qui se soucie des PME devrait s’attaquer à ces problèmes en priorité.

Les patrons investiront et créeront des emplois s’ils pensent que leurs produits et leurs services trouveront des clients solvables. Ce qui suppose que le pouvoir d’achat des consommateurs soit sauvegardé et que les budgets d’investissement et de fonctionnement des acheteurs publics soient pérennes. Les signaux envoyés par ce gouvernement et les précédents ne me rendent pas particulièrement optimiste.

Arnaud Lelache, PDG de l’Agence Française Informatique (AFI)

  1. La hiérarchie des normes suppose, dans une logique descendante, que la loi s’impose à l’accord de branche et à l’accord d’entreprise. Un accord d’entreprise peut déroger à un accord de branche ou au droit commun s’il s’avère plus favorable, en vertu du principe de faveur. L’inversion de la hiérarchie des normes permet à un accord d’entreprise de déroger à un accord de branche – tout comme ce dernier peut déroger au code du travail –, même si son contenu est moins-disant.
  2. Dont l’auteur de cette tribune est adhérent.