L’épidémiologiste star Neil Ferguson, Se trompe sur ses modélisations depuis presque 10 ans.

Neil Ferguson, le modernisateur en chef pour l’Imperial College de Londres n’a fait que se tromper dans la plupart de ses modélisations ces dernières années. Il faut savoir aussi que l’Imperial College de Londres est financé en grande partie par Bill Gates et sa fondation. Faut-il y voir un rapport de causalité, à vous de juger. Pour ma part je pense que les financements de Bill Gates ne sont pas choisis au hasard, ils ne financent que des institutions qui vont pouvoir confirmer ou aller dans le sens de ses prédictions et volonté.

Les modélisations mathématiques sont efficaces pour les sciences dures car les données ne varient pas et permettent des évaluations très précises. Par exemple pour construire des bateaux les modélisations arrivent à des résultats particulièrement pertinents et permettent de ne commettre que très peu d’erreurs.

Neil Ferguson a été chargé depuis plus de 10 ans par l’OMS pour établir les modélisations sur les différentes pandémies qui ont touché ce monde.

Un retour en arrière sur ses précédentes prédictions s’impose :

-Pour le sida il avait surestimé d’au moins six fois son impact.

-Pour la vache folle au moins 6 millions de vaches ont été euthanasier alors qu’une infime partie ont été contaminée. Il avait prédit que cette maladie tuerait à peu près 50 000 britannique mais à la fin de l’épidémie il n’y a eu moins de 200 victimes.

-Pour la grippe H1N1 il avait prédit aux alentours de 70 000 victimes au Canada mais dans la réalité il y en a eu moins de 500. En France il avait prévu 50 000 victimes mais dans la réalité nous en avons eu moins de 300. Il ne faut pas oublier le nombre de vaccins qui ont été achetés à la suite de ses prédictions qui nous ont coûté près de 2 milliards sans compter le nombre de personnes qui ont subi les effets indésirables de ses vaccins indemnisés et reconnus par l’organisation de santé publique française.

-Pour la grippe aviaire il avait prédit que cela tuerait 65000 Britanniques mais il n’y a eu que 457 victimes.

Comment se fait-il que l’OMS et continuer à suivre les conseils de ce mathématicien alors qu’il n’a fait que se tromper sur les 10 dernières années. Ces erreurs n’étaient pas de quelques centaines mais été d’un ordre de grandeur hallucinant. Faut-il y voir un rapport avec le fait que l’OMS soit financée par Bill Gates et que le impérial collège de Londres soit lui aussi financé par Bill Gates ?

Il faut savoir aussi que pour la crise du Corona virus la France Londres et les États-Unis ont suivi les prédictions de ce mathématicien ce qui explique un confinement aveugle et sans logique.

Je vous mets ci-dessous l’article du dailywire:

L’épidémiologiste Neil Ferguson, qui a créé le modèle très cité du coronavirus de l’Imperial College de Londres, cité par des organisations comme le New York Times et qui a joué un rôle déterminant dans la prise de décision politique gouvernementale, a proposé mercredi une projection massivement rétrogradée du nombre potentiel de morts.

Le modèle de Ferguson prévoyait 2,2 millions de morts aux États-Unis et 500 000 au Royaume-Uni à cause de COVID-19 si aucune mesure n’était prise pour ralentir le virus et émousser sa courbe. Le modèle prévoyait beaucoup moins de décès si des mesures de verrouillage – des mesures telles que celles prises par les gouvernements britannique et américain – étaient prises.

Après seulement une journée d’isolements ordonnés au Royaume-Uni, Ferguson présente des estimations considérablement dégradées, attribuant des mesures de verrouillage, mais révélant également que beaucoup plus de personnes sont probablement infectées par le virus que son équipe ne le pensait.

Ferguson a expliqué : «Je dois admettre que nous avons toujours été sensibles dans l’analyse de la modélisation à une variété de niveaux ou de valeurs à ces quantités. Ce que nous avons vu, cependant, en Europe au cours de la dernière semaine ou deux, c’est un taux de croissance de l’épidémie qui a été plus rapide que prévu à partir des premières données en Chine. Et donc nous révisons nos citations, notre meilleure estimation centrale de la reproduction… quelque chose de plus, un peu au-dessus de l’ordre de trois ou un peu au-dessus plutôt qu’environ 2,5. Il a ajouté: «les valeurs actuelles sont toujours dans la large gamme de valeurs que les groupes de modélisation [inintelligibles] nous aurions dû examiner auparavant.»

Un taux de transmission plus élevé que prévu signifie que plus de personnes ont le virus que prévu auparavant; lorsque le nombre de personnes atteintes de coronavirus est divisé par le nombre de décès, le taux de mortalité de la maladie diminue donc.

Sur la base de ces estimations révisées et des mesures de verrouillage prises par le gouvernement britannique, l’épidémiologiste prédit que les hôpitaux iront très bien prendre des patients COVID-19 et que 20 000 personnes ou moins mourront du virus lui-même ou de son agitation d’autres maux, tel que rapporté par New Scientist  mercredi.

Le changement de ton de Ferguson intervient quelques jours après que l’épidémiologiste d’Oxford, Sunetra Gupta, ait critiqué le modèle du professeur.

“Je suis surpris qu’il y ait eu une telle acceptation sans réserve du modèle impérial” , a déclaré Gupta , selon le Financial Times.

Le professeur Gupta a dirigé une équipe de chercheurs à Oxford dans une étude de modélisation qui suggère que le virus s’est propagé de manière invisible depuis au moins un mois plus tôt que prévu, concluant que jusqu’à la moitié des personnes au Royaume-Uni ont déjà été infectées par COVID -19.

Si son modèle est exact, moins d’un sur mille qui a été infecté par COVID-19 devient suffisamment malade pour nécessiter une hospitalisation, laissant la grande majorité des cas bénins ou exempts de symptômes.

Ferguson a continué de soutenir que le modèle d’Oxford était trop optimiste quant aux taux de mortalité.

MISE À JOUR: Au milieu de nombreux rapports sur ses nouvelles estimations du taux de mortalité – y compris par la coordinatrice de la réponse à la coronavirus de la Maison Blanche, le Dr Deborah Birx, qui a cité son estimation de 20000 lors d’une conférence de presse jeudi – Ferguson a publié une déclaration sur les médias sociaux jeudi pour «dissiper la confusion» à propos de ses estimations révisées:

Je pense qu’il serait utile de dissiper une certaine confusion qui est apparue ces derniers jours. Certains ont interprété mes témoignages devant une commission parlementaire britannique comme indiquant que nous avons considérablement révisé nos évaluations de l’impact potentiel sur la mortalité de COVID-19. Ce n’est pas le cas. En effet, si quoi que ce soit, nos dernières estimations suggèrent que le virus est légèrement plus transmissible que nous ne le pensions auparavant. Nos estimations de létalité restent inchangées. Mes témoignages au Parlement faisaient référence aux décès que nous évaluons pourraient survenir au Royaume-Uni en présence de la distanciation sociale très intense et d’autres interventions de santé publique actuellement en place. Sans ces contrôles, notre évaluation demeure que le Royaume-Uni verrait l’ampleur des décès signalés dans notre étude (à savoir, jusqu’à environ 500 000).

Source : https://www.dailywire.com/news/epidemiologist-behind-highly-cited-coronavirus-model-admits-he-was-wrong-drastically-revises-model

Source de l’illustration en tête d’article : https://fr.sott.net/image/s28/566858/full/maxresdefault.jpg

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s